Orgosolo

De l’art et la manière sur les murs

Orgosolo : les couleurs aux services des mots

Voilà un village de montagne qui a du caractère. Des peintures murales habillent la grande rue, la petite ruelle de la pharmacie, la façade du café, la fenêtre du boulanger… Orgosolo c’est un musée à ciel ouvert. Même si les couleurs réjouissent nos pupilles, l’atmosphère des dessins n’est pas allègre et légère. Il faut dire que chaque œuvre est un message, une lutte engagée.

maison fresque Orgosolo Sardaigne

Les fresques d’Orgosolo recouvre les murs des maisons

A Orgosolo, on laisse les yeux nous guider et les murs nous parler. C’est comme milles voix, milles messages délivrés : des chants de lutte, des chansons du quotidien, des envolées lyriques, des discours philosophiques… C’est beau, c’est riche, c’est rude. C’est comme si était concentré ici, toutes les luttes, guerres, massacres et injustices de ces 70 dernières années. Et on prend cela en plein visages, comme une claque. Une belle claque pleine de tendresse, mais de révolte aussi !

messages murs Orgosolo

Les messages d’Orgosolo

L’art du village

Orgosolo traîne derrière lui une image de village rebelle. C’est sûr que l’on y sent une forte identité, un peuple fier attaché à ses traditions et une lutte à gauche assumée. Mais c’est encore plus que cela. Les œuvres qui couvrent les murs du village sont fines, inspirées et créatives. Il y a un réel paradoxe entre l’accueil brut et une lutte humaniste et pacifique des habitants du village. Luttes locales, conflits politiques nationales, combats internationaux sont les thèmes privilégiés. Mais il y en a aussi des plus douces, célébrant des scènes simples du quotidien et la sagesse des anciens.

Parmi ces scènes, on retrouve des sujets sur la résistance, le terrorisme, l’exode rurale, la vie des paysans, le droit à l’enfance… Les messages délivrés sont forts : « les peuples heureux n’ont pas besoin de héros » ou encore « Un enfant a pour outil de travail un stylo et un crayon ».

Bosa le soir
Slider

Aujourd’hui on compte environ 400 œuvres dans les rues d’Orgosolo.

Orgosolo : le village des insoumis

L’histoire d’Orgosolo n’est pas un long fleuve tranquille et l’image de village rebelle s’est construite au fil du temps.

D’abord au XIXe siècle, Orgosolo est habité par des bergers endurcis et épris de libertés. Des insoumis…qui ne voulaient pas se plier aux lois policières de la nouvelle Italie. Plus tard, dans les années 1960, le village est associé à des actes de banditisme (vols de bétails, séquestrations contre rançons…). Le scénario inspire Vittorio de Seta, qui réalise « Bandits à Orgosolo » en 1961.

Mais c’est en 1969 que l’on voit apparaître les premières peintures murales, lorsque le gouvernement décide d’implanter un camp d’entrainement militaire de l’OTAN dans les pâturages près du village. De ce projet découle un mouvement de protestation non violent : la révolte de Pratobello, rejoint par les anarchistes de Milan, le collectif Dioniso menée par Giancarlo Celli (1929-1979). Des artistes engagés locaux commencent à peindre des slogans politiques. Le projet du gouvernement est annulé après une longue protestation.

Sarda mur Orgosolo

Orgosolo, un village engagé

En 1975, un professeur en art et peintre originaire de Sienne, Francescso Del Casino, veut célébrer le 30e anniversaire de la libération de l’Italie en 1945. Il s’associe avec des artistes volontaires pour un grand projet de fresques murales dans le village. L’objectif est d’honorer la résistance et d’impliquer la mémoire collective.

Depuis le village est devenu un site emblématique du street art en Europe, fort d’une conscience politique et artistique.

Rue Orgosolo Street art sardaigne

La rue principale d’Orgosolo

Orgosolo : le village des inspirés

Plusieurs œuvres d’Orgosolo sont signées par Francesco Del Casino. Tu tomberas forcément sur une de ces peintures, où l’influence de Picasso est forte. On retrouve également Pinuccio Sciola (1942-2016), un artiste et sculpteur Sarde. Mais la plupart des artistes d’Orgosolo est inconnu. Des anonymes talentueux qui ont laissé leurs couleurs dans les rues.

Les styles et courants sont variés : impressionnisme, cubisme, réaliste…Les œuvres sont réalisées à la peinture à l’eau.

art village sardaigne

L’art de rue envahit le village

Pratique 

Orgosolo est situé dans la province de Nuoro, sur le flanc nord du massif de Gennargentu, près d’Oliena et de Nuoro.

A l’entrée du village, tu es accueilli par un drôle de rocher peint, en forme de tête. Si tu es de passage, quelques heures suffisent pour t’imprégner des œuvres du village. Enfin, si tu veux lire et traduire chaque message silencieux en entier, il te faudra plus de temps ! C’est presque un livre ouvert dont les pages se seraient envolées en grand sur les murs du village.

rue colorée Orgosolo Sardaigne

Pour d’autres informations sur la province de Nuoro et ses trésors cachés, on te conseille de lire notre article : la Sardaigne, île de beauté à l’Italienne.

Une autre tradition ?

Orgosolo est aussi réputé pour son « Canto a Tenore » : un Chant polyphonique typique Sarde, classé sur la liste du patrimoine culturel de l’UNESCO.

D’autres choses à visiter autour d’Orgosolo ?

Dans les environs, les paysages sont d’une beauté naturelle et l’on peut randonner, dans la forêt de Montes. On trouve aussi des vestiges historiques : des Nuraghes (tour ronde de la période nuragique) et des Domus (maisons des sorcières).

Un petit plus ?

Bien que le mouvement de la peinture murale soit réputé à Orgosolo, il existe d’autres villages où cette tradition perdure en Sardaigne : comme à San Sperate ou à Serramanna. Mais c’est à Orgosolo que l’on trouve le plus d’oeuvres.

Bosa le soir
Slider

Tu connais une personne intéressée par la Sardaigne ? Ou tu rêves de t’inscrire à notre Newsletter ?

Si tu le souhaites, mets des p’tites étoiles à cet article (que tu as adoré évidemment..!)

C’est lors de notre escapade en Sardaigne que nous avons découvert ce village fascinant :

La Sardaigne

Connaissant tes goûts, tu devrais également aimer ces articles :

A propos

Les pieds bien ancrés et la tête dans les nuages : c’était moi.
Je rêvais surtout d’ici : ailleurs, ça ne peut pas être pour moi.
Maintenant, l’envie de nature et le goût du défi : c’est à moi
Les pieds en mouvement et la tête dans les nuages : ça c’est moi.

2 Commentaires

  1. Commentaire par Cedric

    Cedric Répodnre 14/03/2019 at 20 h 22 min

    Super Intéressant, Merci pour la découverte!

    • Commentaire par Emilie

      Emilie Répodnre 15/03/2019 at 9 h 36 min

      Merci Cédric, nous sommes ravis que notre article sur Orgosolo t’ai plu.

Poster une réponse

You have to agree to the comment policy.

Allé en haut