Bali autrement

Bali hors des sentiers battus, c’est possible ?

On ne va pas le cacher, l’île des dieux est convoitée. Étant adepte des grands espaces et du hors sentiers battus, cette destination nous a fait hésiter. Et sur place on a effectivement été confronté à une urbanisation galopante, aux foules de touristes, aux rabatteurs, aux enseignes tapageuses, aux boutiques de grandes marques et d’autres choses que l’on préfère fuir ! Alors sortir des sentiers battus quand on va à Bali est très difficile. Malgré cela, on te donne quelques idées, anecdotes et conseils pour vivre un Bali autrement. Et au final, Bali nous a offert une belle dose d’aventures et d’authenticité. On ne pouvait pas louper ça !

Ah, ça t’intéresse ? On a quelques secrets à te livrer. Mais chut…il ne faut pas trop l’ébruiter.

Voir Bali autrement : Quelques conseils généraux

D’abord les évidences :

  • Voyage hors période « Juillet-Août ». L’île attire du monde toute l’année, mais ces mois sont à éviter. Septembre, octobre et décembre sont également des mois d’affluence. Janvier, février, mars et avril sont à privilégier.
  • Visite les temples dès l’ouverture. Pas de secret, il faut se lever tôt.

Le temple Gunung Kawi, quasi désertique au petit matin, est exceptionnel. On y reviendra.

Les premières cérémonies du temple Danau Bratan sont aussi un moment fort. Le temple Uluwatu peut se visiter en fin de journée : il offre un magnifique coucher de soleil. Il y a aussi les rizières de Jatilawith, magnifiques aux premières comme aux dernières lueurs du jour.

Uluwatu temple Bali

Le temple Uluwatu au coucher du soleil

  • Va à la rencontre des Balinais. C’est un peuple accueillant, souriant. Toutes les occasions sont bonnes : marché locaux, cours de cuisine, discussion avec les guides locaux, cérémonies, petits villages où tu es le seul visiteur, enfants curieux…Les Balinais sont heureux de partager leurs cultures et leurs visions de la vie.

 

 Nos expériences pleines d’aventures pour un Bali autrement

 Louer une Katana

Soif d’indépendance ? Esprit aventurier ? Téméraire ? La katana est pour toi : elle comblera tes désirs d’aventure ! Bon allez, la marque Katana n’est pas obligatoire mais en tout cas, avoir un 4×4 et oser la conduire seul, sans guide : c’est la liberté !

Cette option nous a permis :

  • d’être libre et autonome
  • de se risquer aux routes cabossées, mal entretenues, chemins de terre
  • de bien rire (comme lorsqu’on s’est retrouvé à contre sens dans Ubud, dans un cortège Balinais rempli de danseurs et de musiciens)

Katana, vieille jeep parfaite pour Bali !

Il faut quand même qu’on te prévienne : conduire à Bali, ce n’est pas rien. Conduire une Katana, c’est quelque chose.

Si tu optes pour la location de voiture, il y a trois choses à savoir :

  • Conduis à gauche. C’est la règle. L’unique presque : il y a peu de règles de circulation, pas de priorités…
  • Sois prudent. Il y a beaucoup de monde surtout dans les villes. Attention aux scooters, ils se faufilent partout.
  • Prends ton permis de conduire internationale (à demander avant votre départ). Eventuellement, glisses-y un billet de 50000 rp pour les contrôles, pour un éventuel policier corrompu un peu collant ou si tu as commis une petite faute… Pour notre part, nous n’avons eu aucun souci.

 

Découvrir la jungle d’Ubud

Ubud n’est pas la ville exotique d’aventurier que l’on avait espérée…Tu en as assez du shopping et des bars branchés de cette ville touristique, tu veux du Bali authentique autour de Ubud ? Tu peux prévoir une randonnée dans la jungle. La végétation tropicale, de longs ponts à la Indiana Jones, d’immenses feuilles de palmier pour se faire parapluie, ça te tente ? Nous on a testé : nous sommes rentrés heureux et “tout crottés”.

 

 

Pour l’organisation du Trek, nous n’avions rien prévu, voulant être autonome. “Tsss…On sait le faire tout seul !” Mais ca ne s’est pas passé comme on l’avait imaginé !

Je te raconte : alors, au pied de la jungle, un guide local attend sagement l’arrivée des éventuel visiteurs qui auraient eu envie de se risquer à la végétation tropicale sans guide… Nous déclinons dans un premier temps son offre : Tsss…On sait le faire tout seul ! (2ème édition)”. Quelques mètres plus loin, un monsieur fait barrage, une fourche à la main et un air de “pas content”. Le monsieur demande un droit d’entrée.  La fourche c’est pour impressionner…

Ce droit d’entrée, qui se négocie un peu, est évidemment moins élevée si on accepte de prendre le guide avec… Mouais ! Bref, après des négociations, on cède pour un guide et le droit d’entrée. Bon…voilà une mécanique bien huilée, qui nous a fait sourire et auquel on se plie facilement en se disant que cela à au moins le mérite de faire vivre les locaux. Et puis tout cela restait à un prix très correcte. De plus, notre guide a su s’adapter à nos envies de marches boueuses et de découverte. Au programme arbres aux troncs épais, longs ponts en bois, et pour une grosse averse tropicale…Yes, de quoi ajouter un petit côté aventurier !

D’autres choses ?! La visite d’une culture de café et de chocolat ! Ce détour, quoique sympathique, fait un peu piège à touristes… Mais bon, on a quand même appris des choses : le café est fait avec des excréments d’animaux (la Mangouste), le chocolat de Bali est bon, et les ananas poussent dans la terre. Euh…ne nous regarde pas de travers, on savait pas ! La balade se termine par un passage dans les rizières.

D’ailleurs, pour une balade dans les rizières sans passer par la jungle, tu peux être autonome, pas besoin de guide et pas de monsieur à la fourche.  Depuis la route principale d’Ubud, il faut trouver le Café Lotus sur la JL Raya Ubud. De là, il y a une petite ruelle qui remonte et t’amène vers les grands champs de riz.

De manière générale, randonner autour d’Ubud est sans difficultés pour quelques heures de marche. Prévois quand même de bonne chaussures et de l’eau.

 

Déambuler sur les marchés

On te conseille le marché nocturne de Gianyar. Nous étions quasiment les seuls touristes là-bas. Le marché est joyeux, les stands de nourriture n’en finissent plus. C’est l’occasion de se risquer à la nourriture vraiment locale, vraiment épicée pour un Bali autrement. Nous avons opté pour le « Nasi campur » : un mélange de plusieurs spécialités. Mais il y a d’autres options. A ce sujet, as-tu lu notre article sur la gastronomie Balinaise ?

Gianyar se situe à environ 30 min de Ubud. Mise à part son marché nocturne, la ville a peu d’intérêt.

 

S’émerveiller dans la vallée de Sidemen

 Un coup de foudre. Nous sommes littéralement tombés amoureux de la vallée. C’est paisible, authentique, la nature est sublime. Et la route pour s’y rendre n’est pas en reste ! Si tu peux, loue un logement avec vue sur les rizières. Tu peux aussi prévoir de randonner à travers les plantations. Attention, tu prends tout de même un risque : tu n’auras plus envie de repartir.

Vallée Sidemen

Les rizières de la vallée de Sidemen

En haute-saison, il faut réserver à l’avance ton logement. En basse-saison, tu peux te permettre de ne pas réserver, d’en visiter plusieurs et faire ton choix. C’est ce que nous avons fait, et coup de bol, nous avons déniché une petite perle. Une “villa” incroyable avec vue imprenable, c’était même notre plus beau logement à Bali. Bon…On n’a pas pour habitude de conseiller de logements sur le blog. Mais on fait ici une exception pour un logement proche de la nature et l’environnement. Celui-ci est superbe.

Voici le lien http://www.kubutani.com/  Environ 35 euros par nuit, les prix peuvent varier.

 

 

 

Plonger à Amed

Bali est réputé pour ses plages paradisiaques et variées.  Mais Amed n’est pas comme les autres : elle tire sa particularité dans sa longue plage de sable noir volcanique et les visiteurs sont un peu moins nombreux par ici. Les fonds marins y sont riches. La plupart des voyageurs viennent ici pour le snorkeling ou la plongée sous-marine.

D’autres choses ? le coucher de soleil avec les étranges silhouettes des pirogues à balanciers. Mais il y a mieux ! Le spectacle de ces bateaux de pêcheurs multicolores revenant au port au petit matin.  Il faudra encore te lever tôt.

Le village offre des restaurants moins prétentieux avec de jolies vues sur la plage, l’ambiance est un peu plus « roots », moins tape à l’œil que sur d’autres parties de l’île. Les environs sont particulièrement adaptés aux ballades en scooter. Tu y découvriras un décor plus accidenté, plus brut sur fond de roche volcanique.

 

plage volcanique Bali

La plage de Sable noir à Amed

 

Apprécier la région de Munduk

C’est du Bali rural et un peu moins de touristes. Dans les environs, il y a de sympathiques randonnées à faire dans les rizières, la forêt et des cascades à voir.

Munduk mérite d’être cité. Ne serait-ce que pour la une réelle envie de la population à préserver leur belle nature. Munduk fait l’objet d’un programme de protection de l’environnement. Il n’est pourtant pas facile à mettre en œuvre et on comprend : le tourisme fait vivre. Notre guide, nous confiait sa tristesse de voir pousser du béton dans sa campagne.

C’est l’occasion de rappeler que l’île souffre de l’affût touristique.

Nous, voyageurs, avons notre part de responsabilité. Pensons à donner une vision éco-responsable à nos voyages : Respecter la nature, ne pas surconsommer, faire attention à nos déchets, faire de la prévention….

 

Waterfall Munduk

Une cascade dans la forêt de Munduk

 

Nos déceptions et leurs alternatives pour voir Bali autrement

Ubud

On peut difficilement s’extirper des longues avenues de boutiques occidentalisées et bars branchés.

Les points d’intérêts proposés ont souvent manqué d’authenticité pour nous, comme à Monkey Forest, la réserve de singes en semi-liberté. Il s’agit en fait d’un parc « surfait » où les singes, habitués à la présence humaine, peuvent être agressifs. Faut quand même savoir qu’un singe m’a croqué la fesse ! Et la gauche en plus… ma préférée.

singes ubud

Les singes de Monkey Forest, site très touristique à Ubud.

 

Mais Ubud regorge d’endroits plus intimistes où il est possible de participer à des activités pour découvrir la culture, les Balinais ou encore se recentrer sur soi-même.

Voici quelques idées d’activités à faire à Ubud :

  • Apprendre la cuisine Balinaise
  • Louer un vélo pour visiter les alentours et les rizières.
  • Organiser un séjour spirituel avec des cours de méditation ou de Yoga.
  • Participer à un spectacle dansant traditionnel
tradition danse bali

Une Balinaise en costume de danse traditionnelle

 

La péninsule de Bukit

 Au Sud de Bali, sur la presqu’île de Bukit, les plages bondées et festives autour de Kuta, sont à éviter pour les routards. Il y a des plages plus calmes et authentiques ailleurs à Bali. Si malgré tout, tu veux visiter une plage du sud, tente Padang-Padang, un peu plus calme que d’autres.

Pour les amoureux du surf mais pas de la foule, il y a aussi d’autres options que les plages tumultueuses de Kuta ou de Canggu. La plage de Balian Beach par exemple. Elle se situe dans le même secteur que Kuta mais elle est moins animée, plus « baba cool ». Et en prime le village semble charmant. Une plage décrite comme hors des sentiers battus.

 

Monter le Mont Batur

Nous avons tenté l’ascension de nuit du Mont Batur à 1717m d’altitude. Malgré, une bonne marche de 2h pour arriver au sommet et un réveil tôt…très tôt (3h du matin) pour voir le lever de soleil sur l’imposant Mont Agung, nous n’étions pas les seuls à avoir cette idée.

L’expérience est sympa. La randonnée demande un petit effort. La vue est jolie, si elle est dégagée. Mais le volcan est trop convoité, ce qui peut rend l’expérience décevante. Même si notre guide était au petit soin, on aurait aussi aimé faire la montée en étant autonome. Il semble difficile, et mal vu par les locaux de se passer d’un guide de l’association du Mont Batur.

volcan Bali trek

L’ascension du Mont Batur, un volcan très convoité.

Pour les sportifs, on vous conseille plutôt l’ascension du Mont Agung. Il s’agit du plus haut sommet de Bali, 3142m d’altitude. Un guide est indispensable et le trek est exigeant, environ 2000m de dénivelé.

Si c’était à refaire, notre choix, aurait été le Mont Batukaru au centre Ouest de Bali, dans la région de Bedugul (2276m d’altitude). Le volcan a l’air plus sauvage, la végétation plus dense, le trek plus technique qu’au Mont Batur. Mais la vue semble imprenable.

Si tu préfères t’essayer à l’ascension du Mont Batur, qui est un de plus accessibles de Bali, voilà quelques infos en vrac :

  • La randonnée commence à 4h du matin, mais il faut d’abord rejoindre le point de départ. Environ 2h pour monter, la même chose pour redescendre. Prévois une lampe frontale ou de poche, des bonnes chaussures, de l’eau, des vêtements chauds (Il fait froid là-haut au petit matin).
  • Saches qu’il est également possible de monter le volcan a un autre moment, de jour. Peut être une idée pour échapper aux agences locales.
  • La randonnée nous semble accessible à tous, même si elle demande un effort physique, ça grimpe un peu. Il faut aussi être prudent pour ne pas glisser, surtout en descente. Cela semble évident, me diras-tu ? Mais les petits cailloux volcaniques peuvent surprendre. Ma cheville et sa belle entorse s’en souviennent encore.

 

Les activités touristiques… à ne pas manquer !

 Il y a aussi des endroits où la foule afflue mais sur lesquels on n’a pas voulu faire l’impasse. Fallait surtout pas les manquer !  Et on a quelques conseils pour des visites plus savoureuses et rester dans l’esprit de voyager à Bali autrement.

Se faire masser à la Balinaise

 Le fameux massage Balinais, ça c’est l’aventure !

Il est…comment dire…revigorant. Que tu apprécies ou pas tu n’oublieras pas l’expérience. On ne t’en dit pas plus, il faut tester.

 Les massages à Ubud sont particulièrement réputés. Centre design, petite maison traditionnelle, maison avec vue : il existe une variété de décors, de possibilités, et donc de prix (environ 10 à 15 euros pour 1h de massage pour le corps). Certains centres proposent aussi des séjours d’une semaine et des stages de Yoga. Il est mieux de réserver à l’avance. On l’a fait sur place, la veille pour le lendemain, c’était limite.

 

Tirta Empul

Un temple Hindou et des sources sacrées. L’endroit, malgré la foule de touristes, a gardé quelques choses d’authentique. Il y a là-bas, un curieux mélange de visiteurs aux yeux écarquillés et de locaux pratiquant leurs cultes. Il n’est pas rare d’assister à des cérémonies, que l’on peut respectueusement observer.

Notre moment fort, c’est la découverte des sources sacrées. Les Balinais viennent ici pour se purifier. Cette proximité nous a beaucoup touché et on t’invite toi aussi à te rentrer dans la source sacrée. Allez, hop à l’eau !

Michael tente de se purifier et étant donné le nombre de ces pêchers, il y en a pour un moment

 

Le temple de Danau Bratan ou Pura Ulun Danu Bratan.

Danau Bratan Bali temple

Le Danau Bratan et son temple, à ne pas manquer

Malgré un départ au saut du lit pour rejoindre le temple : oula, il y a du monde ici ! Pas de panique, ne fais pas demi-tour. Ça vaut quand même le coup d’y jeter un œil !

On a une petite astuce pour retrouver un peu de quiétude. Dirige-toi vers le lac et loue un bateau à rame.

lac Bratan Bali

Les bateaux à louer sur le Danau Bratan

Tu pourras pagayer tranquille sur le lac, et avoir un autre point de vue sur le temple ou sur les petits villages aux bords du lac. Bon, je pense que ce conseil est surtout valable en basse-saison. Mais comme tu as bien lu nos conseils, tu es en basse-saison. Non ?

 

 

Le temple de Gunung Kawi

 Alors là, on vous livre un coup de cœur ! Tu n’as pas réussi à te lever tôt pour les autres temples…bon, on comprend ! Mais Gunung Kawi …on vient te chercher s’il faut !

Gunung Kawi, c’est l’un des plus vieux temples de Bali. C’est aussi le plus mystérieux. On en connait peu sur son origine. Mais il semblerait qu’au XIe siècle le roi Anak Wungsu ait décidé d’y finir sa vie, le veinard.

A environ 30 minutes au nord d’Ubud, le trésor s’inscrit dans une charmante vallée verte de champs de riz. Gunung Kawi, c’est d’abord 230 marches à monter ! Oh….reviens là, on ta dit que c’était chouette ! Passé ce tranquille effort, une dizaine de sanctuaires creusés dans la roche s’offre à toi, rien que cela ! Comme tu as bien écouté les conseils d’un tour dans le sac, te voilà seul, ou presque, déambulant au milieu de ses mystérieuses merveilles.

Gunung Kawi temple Bali

Le temple Gunung Kawi au petit matin, pour éviter la foule.

D’autres idées pour découvrir Bali Autrement ?

Si tu peux rester plus longtemps à Bali, déjà, on est jaloux….mais tu as bien raison ! Alors, voici quelques idées pleines d’aventures ou de découvertes que tu peux tester.

  • Aller à la rencontre des dauphins à Lovina
  • Soutenir une action et voir les bébés tortues à Serangan (Turtle Conservation and Education Centre).
  • Faire une balade à cheval, par exemple près de la tranquille plage de Pemuteran ou dans les rizières de Tegalalang.
  • Dénicher les plages intimistes de Bali, comme celle de Pasir Putih, près de Candidasa.

 

Tu connais une personne intéressée par Bali ? Ou tu rêves de t’inscrire à notre Newsletter ?

 

Si tu le souhaites, mets des p’tites étoiles à cet article (que tu as adoré évidemment..!)

 

C’est lors de notre périple à Bali que nous avons élaboré un plan de bataille spécial “Bali autrement”. L’itinéraire est à lire ici :

Bali :
l'ile des Dieux

Volcans, rizières, temples, cuisine, plages, danses et massages traditionnels... Pas mal comme programme, non ?

Slider

 

 

Connaissant tes goûts, tu devrais également aimer ces articles :

 

 

A propos

Les pieds bien ancrés et la tête dans les nuages : c’était moi.
Je rêvais surtout d’ici : ailleurs, ça ne peut pas être pour moi.
Maintenant, l’envie de nature et le goût du défi : c’est à moi
Les pieds en mouvement et la tête dans les nuages : ça c’est moi.

4 Commentaires

  1. Commentaire par Elise

    Elise Répodnre 06/02/2019 at 11 h 39 min

    Merci pour toutes ces informations ! Je peux maintenant partir à Bali en étant mieux renseignée

    • Commentaire par Michael

      Michael Répodnre 06/02/2019 at 18 h 42 min

      On t’en prie ! Bon voyage… tiens nous au courant à ton retour de ton expérience balinaise

  2. Commentaire par LONGUET Benoît

    LONGUET Benoît Répodnre 27/06/2019 at 19 h 13 min

    Merci pour toutes ces infos.
    On envisage de visiter Bali au mois de Mai l’année prochaine pour un séjour de 3 à 4 semaines.
    Penses tu qu’il est judicieux de louer une “katana” afin d’être vraiment autonome, en sachant que l’on veut se balader un peu partout et surtout s’arrêter plusieurs jours si l’endroit nous plait !
    As tu des conseils pour louer le véhicule ?
    Merci d’avance
    Salutations ensoleillées de Guadeloupe

    • Commentaire par Michael

      Michael Répodnre 27/06/2019 at 21 h 20 min

      Bonjour Benoit ! Alors… mon commentaire sera assez complexe et ne te donnera pas une réponse claire. Mais je tente de te donner quelques éléments d’informations.
      Déjà faut il louer une voiture ou non ? Je dirai que
      1. cela dépend de ta façon de voyager. Nous concernant, on aime être autonome et aller où on veut quand on veut. Mais cela a un coût et il faut gérer le trafic, un code de la route qui ne nous ait pas familier, le manque de panneau etc… cela peut être rebutant et dans ce cas : utiliser des taxis, les transports en commun ou louer les services d’un chauffeur peuvent se révéler des options intéressantes et pas si chères.
      2. cela dépend de la durée. Nous concernant : on avait peu de temps à peine 2 semaines. On voulait donc perdre un minimum de temps dans les transports en commun. De plus, on restait peu de temps au même endroit ce qui fait qu’on ne payait pas la voiture “pour rien” puisque l’on était souvent en déplacement. Te concernant, tu restes presque 1 mois à Bali. Tu es donc moins pressé que nous pour aller d un point à un autre. De plus, tu resteras souvent plus longtemps à chaque étape pour en profiter et tu paieras donc plus souvent la location de voiture alors que tu ne l’utilises pas…

      A toi de voir si financièrement, dans ton cas, la location d’une voiture avec chauffeur ou l’utilisation de taxi ne serait pas plus adaptée.

      Si tu choisis de louer une voiture : une katana c’est drôle, c est robuste, ça passe partout et c’est pas cher ! Mais si tu penses utiliser les axes principaux, pas la peine de prendre une jeep. Une voiture classique + confortable fera l”affaire. Si tu penses utiliser des routes secondaires et donc en mauvais état, une katana est adaptée mais si tu en as les moyens, d’autres 4×4 peuvent être plus confortables !

      A bientôt
      Bon voyage et n’hésite pas à revenir raconter tes aventures ici.

Poster une réponse

You have to agree to the comment policy.

Allé en haut