Pashupatinath

textes et photos peuvent heurter

Pashupatinath : comment visiter le temple ? Voici un petit guide pratique.

Pashupatinath, visite au cœur de l’hindouisme sacré

Le bûcher brûle, le corps avec, et ses offrandes, et ses fleurs. Les fumées brouillent l’air, les cendres reviennent à l’eau. Les veuves pleurent.

Plusieurs ghâts de crémation se parent de pétales jaunes, oranges et rouges. Vendus par les marchands et leurs étals colorés, des œillets flottent sur la rivière.

Une famille quitte les ghâts par les marches pour se purifier dans la Bagmati. Tandis que les hindous prient, que les fidèles déambulent par foules incessantes, que les crémations embrasent les bords du fleuve, nos yeux ébahis s’ouvrent en grand. On n’en revient pas vraiment. On reste là, subjugué, envoûté. On repartira différent.

Pashupatinath, ce n’est pas juste une visite d’un temple de plus. C’est un périple déroutant. C’est un voyage chaotique au cœur de l’hindouisme sacré. C’est une initiation captivante, étonnante, parfois dérangeante. 

Pashupatinath, c’est le fossé entre la pratique des religions européennes et les rites d’ici, ailleurs lointain.

Sadhu
chaitya de Pashupatinath
chaityas alignées à Pashupatinath
rituel de lavage dans la Bagmati
previous arrow
next arrow
PlayPause
ArrowArrow
Slider

 

 

Les temples de Pashupatinath

Inscrit au patrimoine mondial de l’humanité, le temple le plus important du Népal se trouve là, étrangement près de l’aéroport international, au bord du fleuve sacré Bagmati.

Conformément au rite hindou, de nombreux népalais se font incinérer ici. Les fidèles viennent se recueillir dans ce sanctuaire. Dédié à Shiva, le temple principal n’est accessible qu’aux hindouistes.

On peut toutefois admirer son extérieur. Bâti au 17ème siècle, il prend la forme de pagode à deux étages, aux toits de cuivre plaqués d’or au sommet. Sous ses toits, on aperçoit plusieurs sculptures en bois de différents Dieux. 

Peuvent se visiter d’autres temples et des petits sanctuaires dédiés à Shiva. Ils sont construits autour du temple principal et sur la rive Est de la rivière Bagmati. C’est depuis cette rive que l’on peut admirer des magnifiques chaitya (chapelles) parfaitement alignées. Elles servent souvent d’abri aux sâdhus. De ce coté, on assiste, ému, aux crémations qui ont lieu sur le bord opposé, près du temple.

 

Les sâdhus

Sadhus autour des temples des Pashupatinath

les sadhus en train de discuter autour des temples de Pashupatinath

Assis autour des chaitya, ou près des temples, les sâdhus méditent. Les cheveux ébouriffés, les vêtements colorés, le visage enduit de teinture et le corps de cendres : ils prouvent leur allégeance à Shiva. Ce sont des hommes (plus rarement des femmes) qui ont renoncé à la société, à la famille, au matériel pour se consacrer uniquement à la recherche spirituelle (ou parfois pour fuir une caste). Ils vivent de dons et passent leur vie à se déplacer de lieux sacrés en lieux sacrés ou s’isoler dans des grottes.

 femmes sadhuElles sont moins nombreuses que les hommes, les femmes sadhus sont présentes sur les marches du temple sacré pashupatinath au Népal

Même si certains Sâdhus impressionnent par leur dévotion, d’autres n’hésitent pas à faire des pauses devant l’appareil photo du touriste pour exiger quelques roupies… 

 

Rites et castes

Plus le défunt appartient à une famille riche, plus son corps sera brûlé à proximité du temple. Les familles royales sont autorisées à brûler leurs morts en face du temple.

D’abord, le corps est déposé près de la rivière pour recevoir un peu d‘eau sacrée de la Bagmati. Puis le défunt est allongé sur de gros morceaux de bois. On le recouvre d’un linceul, de brindilles, de pétales et d’offrandes. Le feu est allumé, près de la bouche. Ainsi, Pashupatinath est souvent comparé à Varanasi.

La coutume qui voulait qu’une veuve se jette (plus ou moins forcée…) dans le bûcher funéraire de son mari n’a été interdite qu’en 1829 par les anglais.

Crémation Pashupatinath

Crémation à Pashupatinath

Le clair-obscur

Mourir ici, c’est renaître bientôt.

La tristesse et la joie se disputent l’ambiance. L’agitation des vendeurs insistants, des singes joueurs, des foules interminables avec ses fidèles et ses touristes contrastent avec la sérénité incomparable qui émane de ce lieu mystique et spirituel. La pureté des gestes contre le trouble-gris du fleuve.

Enfin, si la foule des temples de Katmandou te lassent, tu pourra toujours t’isoler dans les temples perdus de l(Himalya que l’on croise régulierement sur les trek des Annapurnas. Mon récit en altitude est à lire ici…

 

Comment se rendre à Pashupatinath ?

Il est plus pratique de prendre un taxi. C’est le plus simple. Le trajet depuis Thamel coûte 300 NPR. On peut profiter de la visite de Pashupatinath pour se rendre à pied (20mns) à Bodnath. Excellente idée.

 

Horaires et tarifs

Pour une visite de Pashupatinath, le temple est ouvert tous les jours et le site est animé à toute heure. L’entrée dans le complexe est de 1000 NRP par personne. Si tu veux t’offrir les services d’un guide, c’est environ 500 NPR. Quelques-uns parlent un français correcte.

 

Tu connais une personne intéressée par le Népal ou la culture hindouiste ? Tu veux t’inscrire à notre Newsletter pour nous suivre ?

 

Si tu le souhaites, mets des p’tites étoiles à cet article (que tu as adoré évidemment..!)

Pashupatinath au Népal
4.7 (10 votes)

 

Connaissant tes goûts, tu devrais également aimer ces articles :

 

 

Tu trouveras ici mon récit de 3 semaines à travers Katmandou, les Annapurnas et Pokhara :

Népal :
Des mythes, des Dieux, des montagnes et des hommes

Sur les chemins des hauteurs, les drapeaux à prière claquent dans le vent. Les nuages échangent des secrets avec l’Himalaya et le marcheur voudrait entendre.

Slider

 

A propos

La marmite des voyages : je suis tombé dedans tôt. D’abord l’Europe et puis de plus en plus loin. La photographie, les treks et plus récemment la plongée : ça me passionne. Pas la peine d’insister pour partir à l’aventure : hop mon sac est déjà prêt. C’est parti ?

Poster une réponse

You have to agree to the comment policy.

Allé en haut