Comment purifier l’eau
en voyage ?

Purifier l’eau en voyage : comment rendre une eau potable ?

En voyage, tu cherches une solution pour purifier l’eau ? Tu organises un trek et tu te demandes comment te ravitailler en eau potable ? Tu cherches des solutions pour boire de l’eau sans risque aussi bien en city-trip, qu’en pleine nature ? Ou encore, pour limiter la production de déchets, tu veux éviter d’acheter de l’eau en bouteille ?
Dans cet article, on présente les méthodes de purification, de traitement de l’eau. On t’aide à trouver la solution adaptée à ton voyage : comment rendre l’eau potable. 
Avant de commencer, on te conseille de lire notre article « Boire de l’eau en voyage ». Il complète celui-ci et t’explique pourquoi il est important de boire une eau purifiée.

Les raisons : Pourquoi emporter un système de purification d’eau ?

Purifier l’eau, c’est limiter les risques de maladies et les complications en voyage. Mais il y a aussi d’autres bénéfices. Voici les 4 raisons pour emporter un système de traitement de l’eau en voyage.

Raison 1 : La santé

Une eau peut paraître claire mais rendre malade, car elle est chargée de contaminants :

  • Les contaminants chimiques et les métaux lourds : ils posent surtout problème s’ils sont consommés sur le long terme (ex : les nitrates, les pesticides, les herbicides, les hydrocarbures, le fluor, le plomb, l’arsenic…). Ils peuvent amener à des cancers, abîmer des organes, bref des trucs pas rigolos.
  • Les contaminants radioactifs : ils sont heureusement très rares et on ne peut pas consommer l’eau. (ex : Tchernobyl)
  • Les contaminants biologiques : on en retrouve 3 sortes, les bactéries (ex : E.coli, le choléra, les Salmonelles, la Shigella, la Yersinia.), les virus (ex : l’hépatite A et E, le Norovirus, l’Adénovirus, l’Astrovirus, le Rotavirus, le Poliovirus)  et les protozoaires (des vers, des kystes et des parasites qui peuvent donner la dysenterie amibienne par exemple).
  • Les particules en suspension : En soit les particules ne sont pas nocives. Elles altèrent l’apparence, l’odeur et le gout (ex : terre, sable, micro-déchets). Cependant, des micro-organismes, comme les contaminants biologiques peuvent s’y accrocher.
Fleuve kirghizistan

Lors de nos treks en autonomie au Kirghizistan, nous avons traité l’eau des rivières, des lacs, des fleuves chargée en contaminants.

Les contaminations les plus répandues sont les infections par Escherichia Coli, par Campylobacter, les shigelloses, les salmonelloses, le choléra, l’hépatite A, les giardiases, les amibiases et les cryptosporidioses. Pour en savoir plus sur les contaminants et les maladies liées à l’eau, tu peux lire notre article “boire une eau saine : comment éviter de tomber malade”. Il te donnera aussi des conseils pour éviter de tomber malade en voyage.

En pleine nature, il y a peu d’endroits où l’on peut boire l’eau sans prendre de risque. On peut déjà diminuer les risques en s’approchant au plus haut de la source afin d’éviter les contaminations de l’eau (déjections d’animaux, par exemple). S’il y a un doute, ne prends pas de risques pour éviter la maladie !

Raison 2 : L’encombrement

En voyage dans les pays où l’eau n’est pas saine, le seul moyen d’être certain de boire une eau “propre” est de consommer de l’eau embouteillée. Mais cela pose d’autres problèmes, le premier étant l’encombrement.

Lors d’un city-trip ou d’une randonnée à la journée, il est envisageable d’emporter 1 ou 2 bouteilles d’eau. La situation se complique lorsque tu pars sur plusieurs jours sans possibilité de te ravitailler. Prendre une dizaine de bouteilles d’eau dans ton sac est inenvisageable. Emporter un système de purification de l’eau permettra de t’alléger !

Raison 3 : Le coût

Le site « combien coûte » : https://www.combien-coute.net/bouteille-eau/,  estime que le prix d’une bouteille de 1,5L peut se situer entre 0,20 centimes (en Tunisie) et 2,70 €(en Micronésie). Voilà quelques exemples du prix d’achat d’une bouteille d’eau de 1,5 L par jour pour un voyage d’1 mois par pays :

  • France : 0,62 X 30 = 18 euros
  • Norvège : 2.05 X 30 = 61.50 euros
  • Au japon : 1.02 X 30 = 30.60 euros
  • Au Mexique : 0,68 X 30 = 20.40 euros
  • Au Cambodge : 0,58 X 30 = 17.40 euros
  • Afrique du sud : 0,91 X 30 = 27.30 euros
  • Canada : 1,53 X 30 = 45.90 euros

Sur la base de leurs chiffres, nous avons calculé qu’en moyenne une bouteille d’eau de 1,5 L coûte 0.93€ dans le monde. Pour un voyage d’un an pour une personne, à raison d’une bouteille par jour (le strict minimum), cela revient donc à environ 340€.

A l’échelle cosmique, l’eau est plus rare que l’or.

Hubert Reeves , Astrophysicien

Le coût d’une gourde filtrante de qualité est d’environ 55e, comme celle proposée par Humagreen. On peut donc considérer qu’elle est rentabilisée au bout de deux mois de voyage.

Le système de purification le plus cher est le stylo à ultraviolet, Steripen entre 80 et 120€. Pour un voyage au long court tu es encore gagnant !

Si ton séjour est court et ponctuel,  tu as aussi des solutions à petit prix, comme les pastilles chimiques, Micropur forte à environ 25euros.

Raison 4 : L’écologie

Le plastique, c’est pas fantastique ! Lors de la fabrication d’une bouteille d’eau, le plastique utilisé est le polyéthylène téréphtalate (PET). Il s’agit d’un dérivé du pétrole. La fabrication des bouteilles nécessite plusieurs millions de litres de pétrole par an. Il faut près de 2kg de pétrole pour fabriquer 1kg de plastique PET. En emportant un système de purification d’eau et en évitant ainsi de consommer des bouteilles à usage unique, tu agis pour limiter la production de plastique.

Une bouteille en plastique met entre 100 à 1000 ans pour se décomposer. Cela signifie qu’une bouteille jetée à la mer aujourd’hui, polluera jusqu’à la naissance de nos arrières-arrières-(arrières..!) petits enfants. Personne n’a envie de se baigner parmi les détritus, ou de voir les beaux paysages défigurés par les déchets. Beaucoup de pays, comme ceux de l’Asie sont confrontés à ce problème et ne possèdent pas de traitements efficaces des déchets. En tant que voyageurs, n’aggravons pas le problème. En emportant un système de purification d’eau, tu diminues ton impact sur l’environnement.

Chaque année, 12.7 millions de tonnes de plastiques sont rejetés dans nos mers et océans. Les particules de micro-plastiques, laissées par nos déchets, mettent plusieurs milliers d’années à se dégrader. Notre surconsommation de plastique est un véritable fléau, notamment pour l’écosystème marin. Les poissons qui finissent dans nos assiettes, sont chargés de ces particules de micro-plastique. En emportant un système de purification d’eau, tu agis pour la protection des êtres vivants et pour la santé de tous.

Si tu n’as pas emporté de système de purification pour diverses raisons on te conseille de boire une eau en bouteille, plutôt que de risquer d’être malade. Dans ce cas, vérifie bien que la bouteille n’a pas été ouverte auparavant. Par exemple, en Inde il arrive que l’on te vende de l’eau dans une bouteille déjà usagée.

Les méthodes : comment rendre l’eau potable ?

Il existe 5 grandes méthodes de traitement de l’eau pour réduire les contaminants dans l’eau. Mais sont-elles toutes aussi efficaces : peut-on boire l’eau sans risque ? Tu trouveras ici une présentation des différents moyens pour purifier l’eau et boire une eau potable en voyage avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Méthode 1 pour rendre l’eau potable : Les clarifications

Il s’agit de méthodes naturelles qui permettent de diminuer les particules organiques ou inorganiques qui restent en suspension dans l’eau, comme la terre, la vase, les micro-déchets, les impuretés… Les méthodes de clarification sont de bons moyens d’améliorer une eau mais sans la rendre complètement potable. Il existe la sédimentation, la coagultation-floculation et le charbon actif.

La sédimentation (ou décantation)

On remplit un récipient d’eau trouble. Ensuite il faut attendre quelques heures pour faire descendre les particules vers le fond et ainsi récupérer une eau plus claire sur le dessus. Cette technique est davantage une “méthode grossière” afin de préparer un autre procédé d’assainissement de l’eau.

La coagultation-floculation (“la technique des survivors”)

Il s’agit  de clarifier l’eau grâce à des couches d’absorption créées par des macromolécules organiques ou minérales (ex : argiles, oxydes de fer). On ne va pas rentrer dans les détails :  il y a plus simple sauf si tu veux faire un stage de survie.

Le charbon actif

Le charbon actif a de nombreuses propriétés. On peut, par exemple, l’utiliser en cosmétique, pour rééquilibrer l’intestin ou comme aide en assainissement de l’air ou de l’eau. Il fonctionne comme un filtre, ou plutôt un aimant naturel. Il est poreux et attire certains éléments nocifs. En ce qui concerne l’eau : il n’élimine pas les grosses particules comme les 2 précédentes méthodes de clarification, mais il améliore le goût et l’odeur de l’eau. De plus, il diminue les contaminants chimiques, comme les pesticides, et certains métaux lourds (plomb, mercure, cuivre et cadmium). Il relâche aussi des bons minéraux dans l’eau (calcium, magnésium et fer).

Le charbon actif est conditionné de plusieurs manière. En voici quelques unes :

  • En bâtons : on place un bâton de charbon actif directement dans l’eau. On peut les acheter sur internet ou en magasin bio. On ne peut pas dire que ce système soit très fiable pour la filtration des éléments chimiques et métaux lourds mais c’est peut être mieux que rien. L’odeur et le goût de l’eau peut être amélioré. Les bâtons de charbons actifs sont pensés pour un usage quotidien à la maison. Pour les voyageurs ils ne sont pas suffisants utilisés seuls, car ils n’éliminent pas les contaminants responsables de maladies. Associés à d’autres systèmes, ils peuvent être un plus mais ce n’est pas toujours pratiques et faisables. Notamment, parce qu’il faut éviter de sortir les bâtons de l’eau. Il faut aussi les laisser agir plusieurs heures pour que l’eau soit vraiment améliorée.
  • Associé à un système de filtration : Certaines marques proposent des systèmes (gourdes, pailles…) équipées de deux filtres : un filtre principal pour traiter les pathogènes associés à un filtre à charbon actif. Ce second filtre se présente sous forme de sachet ou de cartouche à changer régulièrement. D’autres marques intègrent le charbon actif directement dans leurs filtres principaux. Nous y reviendrons plus loin en parlant des gourdes filtrantes.
  • En cartouche :  la marque Katadyn propose un post-filtre à charbon actif à visser sur une gourde. C’est une option intéressante pour compléter l’action d’un filtre (non équipé de charbon actif). Il fonctionne en raccordement à la sortie d’une pompe manuelle.

Les charbons actifs se dégradent rapidement. Si tu souhaites en utiliser pour un voyage long, il faudra prévoir la quantité suffisante avant de partir.

Avantages de la clarification :

L’apparence, l’odeur et le goût de l’eau sont amélioré.

Inconvénients de la clarification :

La clarification permet de diminuer un grand nombre de micro-organismes et de faciliter la purification. Cependant l’eau n’est pas pour autant potable car ces techniques n’éliminent pas les bactéries, virus et protozoaires responsables de maladies. Ce sont plus des compléments aux méthodes qui vont suivre.

Méthode 2 pour rendre l’eau potable

: L’ébullition

La chaleur est certainement la méthode la plus sûre pour désinfecter une eau. Porter l’eau à ébullition suffit à tuer la grande majorité des agents pathogènes : virus, bactéries, protozoaires. A titre d’exemple : chauffer une eau à 70° pendant 1 minutes rend inactive l’E.Coli.

Il suffit de faire bouillir l’eau (100°). La majorité des contaminants est rendue inactive au bout d’1 min d’ébullition mais on te conseille de laisser bouillir l’eau quelques minutes. Il faut aussi savoir que plus on est en altitude, plus l’eau va mettre un peu plus de temps à bouillir. 1 minute en basse altitude suffit à la destruction des pathogènes/trois minutes en haute altitude.

Avantages de l’ébullition :
  • Le coût : zéro euro, il suffit juste d’avoir un contenant et un feu.
  • Le naturel : cette technique n’introduit pas de produit chimique et de fabrication en plastique.
Inconvénients de l’ébullition :
  • L’encombrement : on n’a pas toujours à disposition un contenant et une source de chaleur. Cela oblige parfois à s’encombrer d’un réchaud, de recharges de combustibles etc…
  • Les particules : faire bouillir l’eau est le moyen le plus efficace pour rendre inactif les virus, les bactéries et les protozoaires. Cependant, les particules peuvent rester en suspension (ex : la terre, micro-déchets…). Si ton eau est trouble ou si tu veux améliorer son apparence et son goût il faudra utiliser une technique de clarification citée plus haut.
  • Les contaminants chimiques (et radioactifs) : ils ne sont pas éliminés avec cette méthode.
  • Le temps : Il faut prévoir le temps d’ébullition, de refroidissement et de clarification (si nécessaire).

Méthode 3 pour rendre l’eau potable

: Les filtrations

Un filtre (ou micro-filtre) est une solution mécanique qui laisse passer l’eau et permet de retenir les micro-organismes et les particules. Contrairement aux filtres, les autres méthodes de purification ne vont pas retenir mais détruire les micro-organismes.

Il existe beaucoup de types de filtres : à cartouche ou à membrane, en céramique ou en fibre de verre, mécaniques ou associés à d’autres traitements chimiques, équipés de charbon actif, équipés des particules d’argent…

On trouve :

  • les filtres à gravité : Pratique pour le camping en groupe, les voyageurs à vélo… Elles permettent de purifier et stocker une grande quantité d’eau, comme la Lifestraw mission. 
  • Les filtres à pompes : Il faut pomper pour faire passer l’eau par le filtre. Ces filtres sont des dispositifs robustes et qui permettent de constituer une réserve d’eau saine pour plus tard. On peut citer par exemple le filtre katadyn Vario
  • Les pailles filtrantes : Ce sont des systèmes “d’appoint”, conçus pour voyager léger, comme LifeStraw®Personal ou la Sawyer micro squeeze (cette dernière est plus polyvalente). 
  • Les gourdes filtrantes : Contrairement aux pailles, les gourdes permettent d’emporter une petite quantité d’eau. Il en existe de plusieurs sortes : à aspiration, à pression ou à tubes. On apprécie particulièrement la gourde HumaGreen 

Il est important de bien se renseigner car les filtres possèdent diverses tailles de pores (on parle de porosité) et sont plus ou moins efficaces. Plus les pores sont petits, plus le filtre est efficace.

On t’a préparé un article complet sur le sujet, pour t’aider à choisir le système de filtration, le plus adapté à ton voyage : les meilleurs filtres à eau en voyage.

Les avantages des systèmes de filtration
  • La rapidité :  La filtration peut être plus ou moins longue en fonction du système mais reste un procédé très rapide.
  • Les particules : il s’agit de la seule méthode qui éliminent les particules et les sédiments.
  • Les contaminants chimiques : certain filtres (très fins) éliminent une partie des contaminants chimiques.
  • L’écologie : On peut limiter les bouteilles en plastique.
Les inconvénients de la filtration
  • Le coût : choisir un système ou une gourde de qualité peut avoir un prix. De plus, il faut changer les filtres, et éventuellement les charbons actifs.
  • Le poids : il est variable en fonction du système de filtration mais de manière générale, il est plus important que d’autres méthodes de purification.
  • L’entretien : Il faut être précautionneux et respecter le protocole d’utilisation sinon les filtres peuvent se boucher. Il faut aussi les nettoyer pour éviter que les contaminants s’y développent.
  • Les virus : la majorité des filtres pour voyageurs ne les élimine pas.
  • La fragilité : les gourdes peuvent se fissurer ou s’abîmer. Les filtres peuvent se boucher ou s’encrasser.
  • Le filtre : il n’existe pas d’indicateur pour indiquer que le filtre est à changer. Cependant tu peux te référer au débit. Si tu n’arrives plus à aspirer c’est qu’il faut changer.
  • L’utilisation : l’eau est obligée de passer par le filtre. Il peut être fatiguant de pomper ou d’aspirer l’eau sur un voyage long. Avec certains systèmes, on ne pas filtrer et constituer de réserve d’eau saine pour plus tard . Par exemple avec la plupart des gourdes filtrantes, on ne peut pas transvider de l’eau pour laver de la nourriture. L’eau doit obligatoirement passé par le filtre.
lacs Abudelauri
Lors de notre trek en Géorgie, nous nous sommes approvisionné grâce aux lacs.

Méthode 4 pour rendre l’eau potable

: Les désinfectants chimiques (ou halogénation)

Il s’agit de la purification et du traitement de l’eau grâce à des désinfectants chimiques, aussi appelé halogènes. Les plus connus sont l’iode ou le Chlore. Les désinfectants chimiques tuent les micro-organismes et ainsi empêchent la contamination et la transmission des maladies.

Il existe des produits adaptés aux voyageurs, dérivés du chlore qui coûtent une dizaines d’euros. On les trouve sous différentes formes : pastilles, gouttes ou poudres. On peut aussi bien utiliser ces procédés pour consommer l’eau du robinet dans les pays qui ne bénéficient pas de l’eau potable, pour les fontaines ou en randonnées.

L’erreur serait de penser que tous les désinfectants chimiques se valent et qu’ils éliminent tous les micro-organismes. En effet certains micro-organismes, comme les kystes de Giardia et les amibes ne sont pas (ou plus difficilement) éliminés avec les produits chimiques. Ils ne sont aussi pas efficaces sur les particules en suspension.

Pour nous, le désinfectant le plus efficace et pratique pour les voyageurs est la Micropur ForteCependant d’autres désinfectants peuvent être adaptés en fonction de la situation. Pour y voir plus clair, on t’a préparé un article complet. Tu peux cliquer les désinfectants chimiques pour traiter l’eau en voyage. 

Pour nous, le désinfectant le plus efficace et pratique pour les voyageurs est la Micropur Forte. Cependant d’autres désinfectants peuvent être adaptés en fonction de la situation. Pour y voir plus clair, on t’a préparé un article complet. Tu peux cliquer les désinfectants chimiques pour traiter l’eau en voyage. 

Avantages des désinfectants chimiques
  • Le poids : petit, Léger et pratique dans un sac de voyage
  • Le coût : il est peu cher. Cependant pour les voyages longs, ce système n’est pas rentable.
  • L’accès : on peut les acheter facilement sur internet ou en pharmacie
  • L’efficacité : contre la majorité des bactéries, virus et la plupart des protozoaires.
Inconvénients des désinfectants chimiques
  • Le temps : il faut attendre un certain temps avant de pouvoir boire l’eau. 30 min avec la micropur forte (2h pour être certains d’avoir éliminé la majorité des micro-oragnismes)
  • Les contre-indications : ces produits peuvent être déconseillés aux femmes enceintes, aux enfants, aux personnes allergiques à l’iode, souffrant de troubles de la thyroïde, souffrant de maladie glandulaire ou sanguine…
  • Le goût : les procédés chimiques laissent un goût d’eau de piscine.
  • La toxicité : utilisé à long terme, l’iode peut être toxique et les produits Chloré peuvent perturber le flore intestinale.
  • Les recommandations : chaque produit est différent et peu se révéler inefficace si il est mal utilisé.
  • L’efficacité : Tous les désinfectants chimiques (alcool iodé et agents chlorés) sont moins efficaces avec une eau froide.
  • Les particules : elles ne sont pas éliminées. Si l’eau est trouble il faut faire une clarification ou une filtration.
  • Les contaminants chimiques (et radioactifs) : ils ne sont pas éliminés.

Méthode 5 pour rendre l’eau potable

: Les ultraviolets

Les UVA endommagent l’ADN des bactéries, virus et protozoaires pour les rendre inoffensifs. Le rayonnement ultraviolet neutralise les micro-organismes et les empêche de se reproduire. Ce dispositif élimine 99,9% des organismes pathogènes : virus, bactéries et protozoaires (y compris Gardia et Cryptosporidium).

On vous conseille particulièrement le Stéripen Ultra. Il s’agit d’un petit appareil, sous forme de stylo, qui permet de purifier 50cl d’eau en 48 secondes. Il est rechargeable par USB. Il existe d’autres appareils Steripen et également des gourdes à ultra-violets. On t’a préparé un article plus détaillé les ultraviolets pour traiter l’eau en voyage et boire sans risque une eau devenue potable. 

Les avantages de la purification par ultraviolet
  • Le poids : c’est un système léger et peu encombrant.
  • L’efficacité : il élimine 99,9% des organismes pathogènes. Il n’est pas toxique sur le long terme.
  • Le temps : c’est une méthode très rapide, quasiment instantanée.
  • La praticité : il n’y a pas de risques de fuites. Il n’y a pas besoin d’aspiration, de pression ou de pompage. Il n’y pas de pièces de rechange à prévoir. Efficace aussi sur des petites quantités d’eau, que l’on peut manipuler sans passer par un filtre.
  • La durée de vie : longue mais comme tout appareil, il peut devenir défectueux. Cependant il est assez solide.
Les inconvénients de la purification par ultraviolet
  • L’énergie : il faut le recharger
  • Le coût : c’est le système le plus coûteux
  • Les particules en suspension : elles ne sont pas éliminées, ce qui nécessite une eau claire ou filtrer préalablement.
  • Les polluants chimiques : ils ne sont pas éliminés.
  • La conservation de l’eau : il faut éviter de conserver l’eau à la lumière. Exposer l’eau à la lumière du jour pendant une période prolongée peut réactiver les organismes.
  • L’efficacité : Ils ne sont pas performant sur l’eau trouble, car les germes peuvent se cacher sous les particules et la lumière ne pas l’atteindre.

Notre avis et nos conseils sur le traitement de l’eau

Attention, aucune méthode, présentée ici, ne permet de purifier l’eau de mer. Il existe des filtres mais pour usage professionnel.

Il n’existe pas une méthode “unique et totalement efficace” pour traiter l’eau douce. Aucun des systèmes n’est parfait et ne peut assurer de détruire 100 % des risques de contamination. Voilà nos 4 conseils de traitement de l’eau pour limiter un maximum de risques :

Conseil 1 : Respecte les règles de prévention

Avant de partir, on te conseille de vérifier que tes vaccinations sont à jour. Il y a aussi des comportements à adopter en matière d’hygiène et de consommation. On t’a préparé ici un article complet en boire une eau saine en voyage.

Quelque soit le système de purification choisi, il y a quelques règles pour éviter les mauvaises manipulations et les risques de contamination  :

  • Sélectionner l’eau que tu vas prélever : en nature, il faut éviter de le faire en aval d’une usine, d’une ville, d’un village… Sélectionne l’eau la plus claire possible et non stagnante. Il faut qu’elle soit le plus possible près de la source, et sans présence ou traces de troupeaux ou d’animaux. Attention, l’absence de végétation autour de la source peut être un signe de contamination.
  • Penser à l’hygiène des mains et des contenants avant toutes manipulations.
  • Respecter les modes d’emploi et bien respecter les règles de nettoyage.
  • Respecte la conservation de l’eau : De manière générale, une eau même traitée, doit être conservée au maximum au frais (à l’abri du soleil ou de la lumière), et consommée dans les 48h au plus tard. Au-delà, les germes et bactéries risquent de s’y glisser et de proliférer.

Conseil 2 : Choisis une méthode adaptée à ton voyage pour purifier l’eau

As-tu besoin de purifier des grandes quantités d’eau ? Quelle est la durée de ton séjour ? Le poids est il un critère ?…

Pour un voyage en van, en bateau, en canoë, en groupe…

Tu auras besoin de purifier de l’eau en grande quantité. Les filtres à gravité (comme la Lifestaw mission) ou à pompe (comme la katadyn Vario ) peuvent être de bonnes options.

Pour un voyage léger

Les méthodes les plus légères sont les pastilles chimiques. Cependant elles ne sont pas adaptées pour un usage quotidien et répété (effets indésirables sur le long terme). Si tu te diriges vers une paille filtrante, on te conseille alors la Sawyer Mini, qui est plus solide et polyvalente (38g). Les lampes à UV prennent peu de place et sont plus légères qu’une gourde (110g pour le  Steripen Ultralight).

Cependant si tu optes pour les pastilles chimiques ou Steripen Ultralight, il faudra prévoir un contenant (gourde, gobelet ou poche à eau) et ajouter ce poids au sac.

Pour un voyage “city-trip”

Tu as besoin de purifier uniquement une eau claire (comme l’eau du robinet) ? Tu n’auras alors pas besoin de filtres pour les particules. En fonction de la durée de ton séjour, peut être qu’un traitement par halogénation (produits chimiques) ou par ultra-violet est plus adapté.

Pour un voyage “aventure” en sac à dos

Tu souhaites traiter l’eau du robinet mais aussi celle des rivières, des fontaines, des lacs… ? Tu auras alors certainement besoin d’un filtre (paille ou gourde filtrante comme HumaGreen). Le poids sera aussi un critère. Tu peux aussi réaliser une clarification avant cela t’aidera à garder ton filtre plus longtemps.

Pour un voyage avec un minimum de risque sur les contaminants biologiques (bactéries, virus, protozoaires)

Tu souhaites agir sur tout les micro-organisme et ne pas prendre de risque avec les virus ? Si tu as besoin d’un système de filtration, il faudra alors choisir une gourde plus onéreuse, comme Life Saver.

Ton eau est très douteuse, tu souhaites traiter une eau de fleuve, de ruisseau…? Les Steripen et les pastilles chimiques permettent de sécuriser une eau très trouble. La filtration agit sur les particules mais elle n’est pas toujours efficaces sur les micro-organismes. Tu peux alors choisir de combiner une filtration avec les méthodes, par exemple une filtration et un traitement chimique, comme la Micropur forte.

Pour un voyage avec un “minimum de risque sur les contaminants chimiques et les métaux lourds

Tu souhaites agir sur les contaminants chimiques (pesticides, etc) et les métaux lourds ? Aucune méthode pour les voyageurs n’est parfaite pour éliminer les contaminants chimiques. Pour tout éliminer, il faudrait un système à osmose inversé, qui nécessite un moteur. On rappelle que c’est la consommation prolongée de ces contaminants qui est dangereuse pour la santé. Cependant, il est parfois possible de les réduire grâce au charbon actif. On trouve maintenant beaucoup de systèmes de filtrations qui s’équipent de charbon actif : soit en deuxième filtre (comme la gourde HumaGreen) , soit déjà intégré au filtre principal (comme la gourde Water to go).

Avec les désinfectants chimiques et les Ultraviolets, cela nous semble plus difficile de compléter l’action avec un charbon actif. Malgré, nos nombreuses recherches, nous n’avons pas trouvé de méthodes vraiment efficaces pour compléter ces deux méthodes de purifications. Les bâtons de charbons actifs ne nous semblent pas adaptés car il faudrait les retirer pendant les traitements.

Pour un long voyage

La résistance et le poids du matériel vont certainement être des critères. Choisir du matériel plus onéreux au départ mais qui résiste sur le long terme est certainement un bon calcul. Il faudra aussi te questionner sur les situations que tu vas rencontrer pour choisir le ou les matériels les plus polyvalents possibles. Si tu optes pour une gourde filtrante, la capacité du filtre sera aussi un critère afin d’éviter d’emporter trop de filtres de rechange. On te conseille de te diriger vers des gourdes avec une “durée d’au moins 1000 l (normalement c’est suffisant pour un voyage d’un an pour 1 personne).

Steripen Ultra  nous semble une des meilleures options. Note cependant que le traitement UV ne permet pas de conserver l’eau sur une période prolongée, au risque de réactiver les bactéries. Il faudra donc changer ton eau régulièrement, contrairement à une gourde filtrante ou un traitement chimique. Pour en savoir plus sur le Steripen, c’est ici : eau et ultraviolet. On te conseille aussi d’emporter, une gourde sans plastique BPA et en acier inoxydable à grand goulot pour stocker ton eau. La lampe à ultraviolet des Steripen doit être immergée complètement pour fonctionner et ne rentre pas dans gourdes avec des “petits goulots”.

Tu peux aussi associé le Steripen avec un système de filtration léger si tu comptes faire des activités extérieures, comme le trekking. On t’a préparé ici un article complet sur les filtres.

Conseil 3 : Adopte une solution de secours

On te conseille de toujours partir avec une solution de secours. Tu peux par exemple, prendre quelques cachets de Micropur. Cela ne pèse pas lourd dans le sac et sera bien pratique en cas de problème.

Premiers rayons de soleil sur le lac
Trek vers le lac Son koul au Kirghizistan, réalisé en autonomie, grâce à plusieurs méthodes de purification : ébullition + filtration + micropur forte.

Conseil 4 : Combine les méthodes pour purifier l’eau

Beaucoup de voyageurs ne partent qu’avec une gourde filtrante et en sont très satisfaits. Choisir une gourde filtrante de qualité, ou un traitement UV est déjà un très bon moyen de limiter les risques. Surtout si tu es attentif au prélèvement de l’eau. Cependant combiner les méthodes est une solution très efficace pour agir sur la grande majorité des contaminations.

Il convient à chacun de choisir la méthode la plus adaptée à ses besoins et sa manière de voyager pour purifier l’eau. Tu trouveras tout en bas de l’article toutes les combinaisons possibles des différentes méthodes pour rendre l’eau potable. Mais pour t’aider un peu, voilà deux exemples de combinaisons décrites plus en détail :

Filtration +charbon actif + Micropur forte ou ultraviolet

Pour les “voyages aventures”, lorsqu’il faut traiter une eau très trouble, lorsque l’eau semble risquée : associer ces méthodes te permettra d’agir sur la grande majorité des micro-organismes. La filtration va permettre d’éliminer les particules, les bactéries, les virus et les protozoaires les plus gros. Elle améliore aussi l’apparence de l’eau et ainsi facilite l’élimination des micro-organismes plus fins.  Grâce à la micropur forte ou au Steripen ultra, les bactéries, virus, et protozoaires seront éliminés. Enfin, le charbon actif va améliorer le goût et l’odeur et diminuer les contaminants chimiques.

Pour que ce soit efficace, la filtration doit être réalisée avant l’halogénation (micropur) ou les UV car les micro-organismes peuvent se cacher derrière les particules. Il faudra donc choisir une méthode de filtration où il est possible de partager l’eau. Un filtre associé à un charbon actif sera aussi une bonne idée.

Ébullition + clarification/filtration (+ charbon actif)

Avant l’ébullition pour une eau en nature, une clarification ou une filtration grossière est conseillée. Une filtration fine est encore mieux. Si tu n’as pas de système de filtration fine, on te conseille d’opter pour une clarification  (ou filtration grossière), associée à l’ébullition, plutôt que le traitement chimique. L’ébullition est la méthode la plus efficace sur les bactéries, les virus et les protozoaires et elle évite le traitement chimique. Ton eau sera déjà bien purifiée. Après le traitement par ébullition tu peux conserver l’eau et la stocker dans une gourde (lorsque l’eau est refroidit).  Il est alors envisageable de laisser un bâton de charbon actif dans ta gourde pour améliorer le goût de celle-ci. 

Récapitulatif : les méthodes pour rendre l’eau potable 

Les méthodes de traitement de l'eau
Clarification Ebullition Désinfection chimique (Halogénation)Micro-FiltrationUltraviolets Charbon actif
Efficacité contre la majorité des bactéries Légère amélioration Oui Oui Oui Oui Non
Efficacité contre la majorité des virus Légère amélioration Oui Oui, mais moins efficace que les autres méthodes. En partie. Il faudrait un filtre d'une porosité inférieur à 0,015 microns. Il en existe peu. Oui Non
Efficacité contre la majorité des protozoaires Légère amélioration Oui En partie, Certains kystes comme Giardia ou Cryptospridium sont plus résistant. Oui Oui Non
Efficacité contre la majorité des particules Amélioration mais la clarification n'est pas efficace sur les très petites particules. Non Non Oui Non Non
Diminution des contaminants chimiques et métaux lourds Non Non Non Non Non Amélioration
Apparence, goût et odeur de l'eau Légère amélioration grâce au retrait des particules Aucun effet Détériore le goût et l'odeur (Chlore) Légère amélioration grâce au retrait des particules Aucun effet Amélioration
Avantages Diminue les micro-organismes pathogènes et facilite la purification. Méthode naturelle. La plus efficace pour les contaminants biologiques (virus, bactéries, protozoaires) Petit, léger et pas encombrant Rapide. Evite les bouteilles d'eau. Efficace sur les particules. Léger, pas encombrant, pratique et efficace Améliore le goût et l'odeur. Efficacité sur les contaminants chimiques
Inconvénients Eau est non potable : les pathogènes ne sont pas assez éliminés. Peu pratique. Demande du temps et du matériel. Le goût. Temps d'action à respecter. Toxicité sur le long terme et certaines contre-indications Peu solide. Oblige à passer par le filtre, on ne peut pas transvider l'eau. Il faut changer les filtres. Le coût, mais sur le long terme cela devient interessant. Il faut recharger les batteries. Eau non potable : les bactéries, virus et protozoaires ne sont pas éliminés.
Notre avis La clarification est un complément aux autres méthodes pour réduire les particules. Méthode envisageable pratique pour cuisiner ou en situation d'urgence mais pas envisageable dans d'autres contextes. Envisageable pour des courts séjours. Il faut bien la choisir. Adaptée pour le prélèvement de l'eau en nature. La solution la plus adaptée pour les voyageurs en sac à dos, sauf pour le prélèvement de l'eau en nature. Le charbon actif est un complément aux autres méthodes.
Peut être complété avec Possible avec toutes les méthodes Clarification - Filtration - charbon actif Clarification - Filtration - Filtration équipée de charbon actif Halogénation - Ultraviolet - Charbon actif Clarification - Filtration - Filtration équipée de charbon actif Possible avec toutes les méthodes, mais peu pratique avec les désinfectants chimiques et les ultraviolets.
Un Tour Dans Le Sac, Récapitulatif des méthodes de purification de l'eau

Tu connais une personne intéressée par le traitement de l’eau en voyage ? Partage avec elle ta découverte !

Tu peux aussi nous suivre sur                    ou   
pour être informé de nos derniers voyages !
Tu hésites encore ? On a de quoi te faire changer d’avis dans… les 5 arguments chocs :

Clique sur ces icônes
pour t’aider à organiser ton voyage :

Logement chez l'habitant
Logement Hotel
Recherche vol Avion
Location de voiture
réserver une visite
Assurance Voyage
Logement chez l'habitant
 
Logement Hotel
Recherche vol Avion
 

Location de voiture

réserver une visite

visites guidées

Assurance Voyage

Connaissant tes goûts, tu devrais également aimer ces articles ci-dessus sur l’eau en voyage

Cet article contient des liens affiliés. Bien entendu, nos conseils pour purifier l’eau sont toujours sincères et authentiques. Pour en savoir plus c’est ici.

Mots clés : purifier l’eau, traitement de l’eau, boire une eau saine, méthode pour boire une eau potable, l’eau en voyage, rendre l’eau potable, boire une eau sans risque

Poster une réponse

You have to agree to the comment policy.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allé en haut